EP (2017)

by Rancoeur

/
  • Streaming + Download

     

1.
04:28
2.
3.
4.

credits

released April 29, 2017

Réalisé et autoproduit par Rancœur
Enregistré (à temps perdu) entre janvier et avril 2017

David Lavictoire, voix
Félix B. Desfossés, guitare
Samuel Rotunno, guitare
Sébastien Potvin, basse
Jean-François Gibson, drum

Textes : David Lavictoire
Musique, arrangements et voix additionnelles : Rancœur
Prise de son : Sébastien Potvin et Jean-François Gibson
Mixage et mastering : Sébastien Potvin

Design graphique : David Lavictoire
Photo : Vicky Neveu

tags

license

all rights reserved

about

Rancoeur Rouyn Noranda, Québec

MMXVI - Villes sœurs. «Honneur à ceux qui sont venus. Gloire à ceux qui sont restés.»

contact / help

Contact Rancoeur

Streaming and
Download help

Track Name: Trop tard
la peur aux tripes
les mains qui tremblent
je marche sur le fil

plus ça change, plus c'est pareil
les affaires se tassent et la jeunesse passe

la peur aux tripes
la mort dans l'âme
et le temps qui file

trop jeune pour crever
trop vieux (trop tard) pour rêver [x2

le temps s'effrite à rêvasser
par où commencer
la bucket list se remplit
pas mal plus vite qu'elle se vide

j'ai trop à perdre
trop peu à gagner
la chienne de flancher

trop jeune pour crever
trop vieux (trop tard) pour rêver

un tiers de siècle dans l'corps
'commence à être temps que j'change le décor
j'vais l'croire quand j'vais l'voir
fatigué, les yeux au beurre noir
au pire, j'dormirai quand j'serai mort...

s'il faut que jeunesse se passe
personne a dit quand ni comment

s'il faut que mes rêves se tassent
personne va m'dire quand ni comment

trop jeune pour crever
trop vieux (trop tard) pour rêver
Track Name: Grands brûlés
à force de s'oublier on meurt un peu en d'dans
tout en faisant semblant que tout est comme dans l'temps

l'idée c'est de partir sans trop faire mal aux autres

toutes les belles choses qu'on a dites
toutes les grandes choses qu'on a faites
j'ai rien oublié
mais les temps ont changés

les amitiés perdues par la mort et les idées
les rêves, les grands projets et les ponts brûlés

l'idée c'est de partir sans trop s'faire mal aux os

les idées fortes ont pris la porte
l'orgueil et le restant
du bon vieux temps qu'on était jeune
et insouciants (et innocents)
Track Name: Sous les pavés
aveuglés on avance
l'esprit qui brave la tempête

tête baissée innondée
du plomb dans l'sang jusque dans' tête

j'sais plus quoi penser, j'devrais renoncer
ça m'lève le coeur jusque dans' tête
j'sais plus quoi penser, prêt à tout lâcher
ça m'lève le coeur jusque dans' tête

coincé, au coeur
au coeur des limbes d'une vie d'adulte
entre sagesse et connerie
on sabote, on englue nos vies

tout est bien qui finit mal
les ponts d'or pour les mines qui fuient
les bonnes intentions (irreparables)
tant que ça profite aujourd'hui

j'sais plus quoi penser, ou quoi dénoncer
ça m'lève le coeur jusque dans' tête
j'sais plus quoi penser, tout va s'écrouler
ça m'lève le coeur jusque dans' tête

« c'est pas plus mal, ça m'est égal
tout le monde meurt à la fin »
j'ai peine à y croire
sous les pavés, la slamme

« c'est bien légal, on fait rien d'mal
y en a qui meurent de faim »
j'ai bien hâte de t'voir
sous les pavés, la slamme

éveillés on avance
les yeux rivés sur la bête

contester et fronder
du plomb dans l'sang jusque dans' tête

plus l'temps d'y penser, faut pas reculer
ça m'lève le coeur jusque dans' tête
plus l'temps d'y penser, c'est l'temps d'avancer
ça m'lève le coeur jusque dans' terre
Track Name: Villes soeurs
j'te connais par coeur, toi puis ta soeur
tous tes recoins, de jour comme de noirceur

j'ai marché, j'ai roulé dans tes rues
j'ai roulé, j'ai rêvé dans tes rues

des fois la nuit, j'te r'garde dormir
tes lumières, tes rues vides me captivent
le goût de ton souffre
l'écho de ton souffle court

j'ai roulé, j'ai erré dans tes rues
j'ai erré, espéré dans tes rues

sans lendemain, t'as commencé de rien
un beau matin, le soleil s'est levé au loin
j'te lègue mes enfants s'ils le veulent bien
un beau matin, à la fin

à la fin, c'est ici que j'meurs

à la fin, c'est ici que j'meurs
sans rancoeur, bons baisers des villes sœurs